LES STUDIOS DE RADIO SOLARIS (1ère partie)                             31

Radio SolarisLes Studios de Radio Solaris  
(1ère partie)

                                                             5  Pages "Les Studios de Radio Solaris"     >              31           32           33           34           35

Voici une vue aérienne du centre-ville d'Yvetot pour situer les différents studios...   (photo Google)  


Les points stratégiques...

1 - notre premier studio, 3 rue Guy de Maupassant dans le sous-sol d'un commerce pendant huit semaines (du 16.11.81 au 17.01.82)

2 - le 2e studio 20 rue des Victoires dans un appartement F2 (du 18.01.82 au 14.06.84) avec l'emplacement de l'émetteur et du pylône
      d'émission

3 - la troisième adresse des studios, 6 rue Pierre et Marie Curie (du 15.06.84 au 30.04.88)

4 - la dernière domiciliation, 13 rue du Calvaire, utilisée très peu de temps en mai/juin 1988 sous l'appellation "Pulsion FM"

5 - pour info : emplacement de la gendarmerie d'Yvetot, rue Edmond Labbé dont les radio-communications étaient perturbées
d'août
     à octobre 1984 par notre
émetteur relégué sur 88,6 MHz (situé n° 2 )
    

Les dipôles d'antenne étaient orientés plein nord-ouest, censés privilégier la zone Fécamp-Goderville (dans la direction de la flèche violette). Néanmoins, la propagation plus ou moins omnidirectionnelle couvrait confortablement la plus grande partie du plateau de Caux, sauf dans certaines vallées encaissées, quelques régions en bordure de Seine au sud ou nichées au pied des falaises au nord (Fécamp, Saint-Valéry...)



Pour anecdote, l'onde de Solaris était perçue au sud jusqu'à Brionne et Bernay ; à l'est jusqu'à La Feuillie (sur la RN30), Argueil et au-delà de Neufchâtel (rien dans le centre-ville) ; au nord, à Eastbourne, Hastings (côte sud de l'Angleterre) ; à l'ouest aux abords de Caen et sur la côte est du Cotentin. La qualité de la réception variait en fonction du relief évidemment. Normalement, ces performances dues à "l'hyper puissance" tant reprochée à la station, ne peuvent se reproduire aujourd'hui sur les réseaux FM actuels (excepté pour les radios publiques), le CSA veille !

A ce propos >  Solaris, un émetteur trop puissant

Le premier studio au 3 rue Guy de Maupassant
utilisé du lundi 16 novembre 1981 au dimanche 17 janvier 1982







Le magasin d'électro-ménager,
    premier lieu des émissions de Radio
    Solaris était situé au 3 Rue Guy de
    Maupassant


   
(d'après une photo de Florent Billard - 2018)

                                         ^

Le lieu d'émission pour la nouvelle radio a été choisi. Ce sera Yvetot. Le studio sera provisoirement installé dans la réserve (au sous-sol) d'un magasin en radio-télévision dans le centre d'Yvetot, rue Guy de Maupassant.

Christophe Gubri, propriétaire du magasin, pionnier de la Citizen Band dans la région, envisageait la création d'une station de radio locale sur la ville d'Yvetot. De sa rencontre avec Daniel Lefebvre président de France Radio Club qui nourrissait un projet identique, sont nées l'Association Solaris et la station FM dont les premiers balbutiements furent émis de la réserve du magasin yvetotais.









Notre premier studio : les deux premiers mois
    d'existence de la station se sont déroulés dans la réserve
    au sous-sol du magasin de Christophe, en compagnie
    des cartons d'appareils électro-ménagers


    

      (c) radiosolaris.free.fr

La toute première antenne
surplombe la rue
Guy de Maupassant 

(2 dipôles pour commencer !)

parmi ses consœurs (TV et cibi)

                     

ph. Florent Billard


MERCI à Pascal * pour les photos
suivantes :





A proximité de la "régie technique", et surtout bien trop proches du micro (!!!) voici les deux boîtes magiques, l'émetteur d'origine italienne Elecktro-Elco calé sur la fréquence de 101 MHz (utilisé seul, il délivre une puissance de 20 watts) et dessous, l'amplificateur linéaire qui porte la puissance à 100 W sur une portée de 30 à 40 kilomètres environ

 

* Pascal est un ancien d'EuroWeekend-Radio. (cf les pages consacrées à EWR)

 

Novembre 1981, le maître des lieux, Christophe procède aux derniers préparatifs d'installation du premier studio de Radio Solaris.

Les dernières fiches RCA/Cinch sont branchées,
les niveaux sont ajustés et le premier
33 tours est posé sur la platine.

Allons-y, c'est parti !

Avec la FM, la radio a un son tout neuf !!!




Notons que ce premier matériel (sauf l'émetteur évidemment) appartient à Christophe. Il l'a prêté à l'Association Solaris (de même que son local) en attendant que la station ait les moyens financiers d'acquérir son propre matériel

Christophe et Rod

Ces photos ont été prises vraisemblablement un samedi, sûrement le samedi 21 novembre 1981 ? (la première émission officielle ayant eu lieu au début de la semaine, le lundi 16.11.1981).

De g. à dr. sur cette photo, Jacques (Jacques n°1 dans notre liste d'animateurs) un havrais disponible exclusivement le samedi (ce qui confirme la date) ; Rod, Laurent et Pierre, fidèles au poste le samedi et le dimanche, viennent de Rouen

Tiens c'est drôle, avec le trio reconstitué, on croit revivre un grand moment d'émission clandestine près de Rouen, quelques mois auparavant avec EuroWeekend Radio !

Sauf qu'avec Radio Solaris, le rapport de puissance passe de 1 à 100...
Quant aux auditeurs, espérons maintenant un nombre beaucoup plus conséquent !!

BST MM45a

La petite table de mixage BST entourée
des deux platines disques Akaï...
à courroies !
(Aïe, aïe... attention les démarrages !)

                           >>





                           >>

En bas, à l'extrême droite, on entrevoit avec ses poignées blanches, l'émetteur à peine visible dont le ronronnement par contre est bien perçu à chaque ouverture du micro




Prochain disque : les Pretenders >>


Les premières cellules Ortofon très fragiles viennent d'être remplacées par de robustes Shure SC35 mieux adaptées à l'usage intensif d'une station de radio.


Technique surannée...

Mode d'emploi  : pour résoudre l'épineux problème du démarrage instantané, voici la "Technique du feutre"


Les platines disques "à courroie" ne facilitent pas les démarrages instantanés indispensables à la radio. Pour éviter le pleurage au départ (mauvais ajustement de la vitesse de rotation : 33 ou 45 tours/mn), un cercle de tissu en feutre recouvre le plateau. Il suffit de le bloquer en le pinçant avec le pouce et l'index, le disque posé dessus étant correctement calé (cellule pré-positionnée quelques centimètres [un 1/4 de tour pour les 45 tours et un tiers pour les 33]* juste avant la première note sonore musicale). Pendant que le plateau tourne déjà en dessous à la bonne vitesse, il suffit pour le DJ de relâcher le feutre pile poil à la fin de son discours.

L'astuce est de trouver un feutre qui ne freine pas le plateau, sinon le résultat serait pire avec un pleurage assuré au démarrage !!

C'était comme ça la radio ! (souvenirs, souvenirs...)


* Pour les 78 tours, c'était de la haute voltige, il fallait 2 tours entiers en arrière !!!
(Emission "Chansons d'Hier")





Pierre en pleine méditation devant la pochette de Japanese Boy,
un grand classique des années 80s !**



** Pour l'anecdote, Aneka l'interprète de ce titre impérissable n'était pas plus japonaise que nous.
C'était Mary Sandeman, une chanteuse d'origine... écossaise !


 

Pas trop de trois pour assurer les premiers
shows !!!

A noter l'absence de déco sur les murs encore bruts de la cave, pas de posters et auto-collants de stations concurrentes, etc. Comparez l'évolution du décor avec la video de Paul Dom filmée en décembre 81
visible ici :

http://radiosolaris.99.free.fr/radio-solaris-99-page2.htm  (et prendre la video)



Paul Dom, inoubliable !

Hey, et si on essayait un jingle ?

La toute première émission de Rod a lieu le vendredi 20 novembre 1981




A gauche, l'œil averti remarquera quelques reliefs alcoolisés de "l'inauguration" du lundi 16, jour d'inauguration qui ne semblent pas encore avoir été consommés ! (avec modération...)

A raison de quelques heures chaque jour, (après-midi et soirée) les premières émissions de Radio Solaris sont diffusées depuis cette cave obscure, parmi les cartons constituant le stock de marchandises du magasin - pas visibles sur les photos car ils sont empilés derrière nos amis, à gauche du photographe









photos Pascal Dumenil

Pour Florent comme pour les autres animateurs de Solaris passés devant ce micro, ces premières secondes de "radio libre" représentent sûrement celles que l'on n'oubliera pas de sitôt.

Oups, ça y est, le micro est ouvert !

 

 

 

 

 

 

 




"Alors, c'était comment ?"












photos Florent Billard

24.10.2012 - A la suite de la parution dans notre site de ces photos ci-dessus, nous avons reçu ce message de Rod :


Hello,

Que de souvenirs cela réveille ce studio, ou plutôt cette cave !

Je tremblais tellement (de peur ?) au début de mon premier show, au point que je n'arrivais pas à insérer la cassette dans la platine. Je crois que c'est Daniel (Daniel Verdière - ndlr) qui m'y a aidé !

Je me souviens aussi d'un réveillon, était-ce Noël ou la Saint-Sylvestre ? Nous étions transis de froid, il fallait sortir sur la place des Belges pour aller... aux pissotières publiques ! Heureusement, Christophe qui réveillonnait ailleurs, nous avait laissé l'usage de son appartement pour nous réchauffer. Je me souviens que Paul Dom était de la partie, et qu'il zappait d'une chaîne TV à l'autre, ce qui ne donnait pas grand chose, puisqu'il n'y en avait que 3 à l'époque !

a+

Rod

ndw : espérons que le nombre d'auditeurs de Solaris (à Yvetot) à l'occasion de ce réveillon excédait celui des téléspectateurs devant leurs télés ! Mais nous c'était en "direct" !


> Merci Rod pour ces souvenirs. La peur ou plutôt le "trac", je crois que tout le monde y a eu droit, et même pendant très longtemps. Personnellement, je l'ai "goûté" à chaque fois dès la première seconde lorsque je devais ouvrir le micro ! Les premières paroles correctement prononcées (sans bafouiller) étaient déterminantes pour la suite et la sérénité de l'émission !!! En ces premiers jours, j'avais même décrété ne jamais prendre la parole pour ne passer que des disques non stop, et rester totalement silencieux derrière le micro éteint. Qui sait si cela n'aurait pas été préférable finalement ? ;-))  Mais notre vice-président Daniel Lefebvre m'en avait dissuadé, vu qu'il n'y avait déjà pas beaucoup de candidats pour tenir le micro en ces premiers temps de Radio Solaris !!! (jcd)

Après deux mois sous terre, un déménagement éclair (matériel, émetteur et antenne émettrice) dans la matinée du 18.01.1982 permet à la station de libérer la cave de Christophe et d'émerger au grand jour. Oh, pas bien loin... à quelques dizaines de mètres de là, au premier étage d'un appartement F2 du centre ville, 20 rue des Victoires à Yvetot

L'appartement 20 rue des Victoires
  utilisé du lundi 18 janvier 1982
  au vendredi 15 juin 1984


 
   < c'est la fenêtre sans rideau au 1er étage, juste au-dessus du disquaire -
         vue façade Rue des Victoires

<  De nos jours, vue du côté Allée E. Delacroix




La fenêtre du 1er étage est le studio. Le vasistas est la "salle d'émetteur"
(les WC de l'appartement en fait !). Depuis cette petite fenêtre, sortait le
feeder d'alimentation qui grimpait le long du mur pour atteindre le pylône
et les antennes sur le toit.

L'entrée de l'immeuble  >

(il n'y avait pas d'interphone à l'époque)



photos Florent Billard



Plan des studios
"Victoires"

plan du studio rue des victoires 
                                                                                                                                                                                                                           plan jcd - (c) radiosolaris.free.fr

Arrivée dans les nouveaux locaux
le 18.01.1982 rue des Victoires :



Vue prise de l'entrée du studio face à la discothèque dans la pièce voisine donnant sur la rue des Victoires.

Un des premiers magnétophones Revox "d'occase" vient d'arriver. Les "tripes à l'air" semble-t-il, le capot est déjà retiré pour sa révision de maintenance.



 



 

La vue prise en sens inverse (désolé, pas beaucoup de lumière !) avec le studio au fond dont on aperçoit la perche de micro.



photos Pierre Dumenil

Retour dans la discothèque : les 45 tours rangés au-dessus et les albums en dessous

Au mur, la liste des nouveautés récemment acquises (avec les deniers des animateurs !)

On aperçoit le coin du studio de production
destiné aux enregistrements des pubs ou des émissions à enregistrer prévues pour une diffusion ultérieure. Ce second studio a été agencé bien plus tard, vers 1983 sauf erreur. Il est devenu nécessaire lorsque les heures d'émission s'étendant au reste de la journée bloquaient l'utilisation du studio 1 affecté exclusivement au direct.


photo Stéphane Duclos

Vue plongeante sur nos 45 tours. Que sont devenus tous ces disques à la fin de la radio ?

Ceux qui les ont mis à la benne en 1988, avaient-ils seulement conscience de la valeur de ces trésors, même s'ils étaient usés ?




ph. Florent Billard

Souvenirs, souvenirs !
Quelques pépites sauvegardées





ph. Florent Billard

Le studio de diffusion avec sa nouvelle
console fabriquée sur place. (Novopan + clous et moquette collée). Pendant la confection de ce chef d'œuvre d'ébénisterie, les émissions étaient réalisées depuis la seconde pièce de l'appartement. Les bruits de marteau et de scie égoïne devaient rester discrets ou bien attendre les fermetures du micro.

Travaux de menuiserie

rod studio victoires 2Petite table de mixage BST

















La petite table de mixage BST
a laissé sa place à une imposante
Redson Pam 802

ph. Florent Billard

Quelques mois plus tard :

Disposition définitive dans ce studio - revoir le plan d'agencement plus haut - l'animateur tourne désormais le dos à la fenêtre. Le gain de place est évident et permet à 2 ou 3 invités de s'asseoir en face du DJ. (François sur la photo)

Le passage à la stéréo exige un second mélangeur Redson monté en série réservé aux platines disques et aux lecteurs de cassettes a été ajouté.

A noter sur cette vue, la très belle collection au mur de jingles et messages promos sur cassettes.

ph. Rod Elby






L'un des jingles sur cassette




 

Le studio rue des Victoires

MERCI à Laurent pour les photos
suivantes :

 

Les 2 tables de mixage Redson PAM 802 couplées >


Pour émettre en stéréo, les entrées (platines disques et lecteurs de K7) étaient reliées par paires, avec des petites cales de bois.

En sortie, les 2 câbles gauche et droite partaient vers l'émetteur dans la pièce voisine (située vers la gauche de la photo)

A gauche des 2 platines cassettes à jingles, il y a un codeur stéréo. Pas souvenance qu'il soit connecté à cet instant ? Les aiguilles des vu-mètres semblent bloquées.


ph. Laurent Mony



Creusés dans le plateau, les boutons rouge et bleu juste à gauche du casque étaient les "starts" de démarrage des platines disques 1 et 2 (lorsqu'ils ne souffraient pas de faux-contacts : pour éviter les "blancs" consécutifs aux départs ratés, le plus sûr, c'était d'étendre le bras (aïe, les rhumatismes !) vers l'arrière, à l'extrême droite, pour atteindre les commutateurs
on/off sur les platines, nettement plus fiables !)



Publicité d'époque relevée dans le magazine
"Le Haut-Parleur" de juillet 1981.

NB Ce modèle présenté ne comporte
pas de vu-mètre de pré-écoute


Une des robustes PAM 802 prête à démarrer  >>

DR

 

 

 

 

Une vue sur les nouvelles platines tourne-disques Technics SL 1200 et les cassettes de jingles et messages promos accrochées sur le panneau


ph. Laurent Mony



Ci-dessous, vue générale du studio 1
avec Martial à l'antenne





Une autre vue des Technics SL 1200, juste à droite du DJ et au mur, le tableau des cassettes d'indicatifs d'émissions



photos Rod Elby



 







Vue générale avec Laurent en cours d'émission. Au-dessous du téléphone, il y a le tuner FM et l'ampli relié à un haut-parleur pour le retour antenne : le son entendu est celui reçu de l'émetteur.









ph. Laurent Mony

Le (petit) coin... émetteur :



L'Elecktro-Elco, notre premier émetteur se trouve dans la pièce jouxtant le studio 1. Son  amplificateur de 100 W a été remplacé par un matériel "Microset" de 400 W (placé en dessous). Ce matériel capricieux s'est révélé peu fiable durant son utilisation. Les disjonctages étant paraît-il assez courants.




photo extraite de la video  >
(cf le site radiosolaris.99.free.fr - chapitre des videos)

Gros plan sur l'émetteur :

(configuration utilisée du 23.03.1982 à ?.08.1984)

- Exciteur-modulateur Elecktro-Elco EMS20
- Ampli HF Microset (400 Watts)


Fréquence : 101 MHz








ph. Florent Billard

Après le 15.06.84, l'émetteur reste seul sur place rue des Victoires. La liaison (75 mètres) avec les nouveaux studios rue Pierre et Marie Curie consiste en un double fil qui traverse les rues à bonne hauteur... en toute illégalité, hum ?  (Et l'article L39 du Code des PTT dans tout ça ?)








M. Jean Hétru,
grande figure locale d'Yvetot, était lui aussi passionné
par la radio


La présence imposante d'un émetteur dans les "toilettes"
(cf "Les 8 années" p.8 et 11) un locataire pour le moins encombrant et bruyant, ne permettait pas à Monsieur Hétru le propriétaire, de pouvoir relouer l'appartement, après le déménagement de la station rue Pierre et Marie Curie, pendant le reste de son existence. 

C'est un privilège (oserait-on dire !) dont a bénéficié Radio Solaris qu'il convient de se souvenir. C'est grâce aux appuis discrets d'une poignée de personnes tel Monsieur Hétru que cette station de radio indépendante a pu survivre et progresser durant ces quelques années, malgré les multiples embûches rencontrées. On ne peut qu'éprouver un pincement au cœur tant d'années après, en repensant à l'inutilité de tous ces efforts
(...)

(extrait de l'Histoire)


 

Août 1984 (date ?), l'arrivée d'un émetteur "Itelco" d'un kilowatt a superbement amélioré le signal d'émission sur la majeure partie du pays de Caux et donné enfin à la station ses valeurs de "vraie" radio de proximité.


A remarquer : le très classieux papier d'alu collé au mur censé réduire les bourdonnements audibles sur l'antenne et les grésillements de toute sorte dans l'équipement du studio, de l'autre côté du mur.

Note personnelle : mille excuses (tardives) au locataire qui a pris possession des lieux après la disparition de la station et qui a dû décoller cette tapisserie peu conventionnelle ! (à moins qu'il l'ait pieusement conservée ?)



cf d'autres photos de l'émetteur Itelco
dans le Chapitre 'Les 8 années' >  page 12



ph. jcd

Et là-haut, sur le toit :



A la verticale juste au-dessus des studios, l'antenne à 4 dipôles de la station, pointée vers le nord ouest.

L'extrémité culmine à 35 m du sol, c'est-à-dire 185 m au-dessus du niveau de la mer !

Latitude   : 49° 37' 04.20 Nord
Longitude :   0° 45' 10.42 Est







NB : L'immeuble de la rue des Victoires a servi de lieu d'émission du lundi 18.01.1982 jusqu'au démontage final du pylône le jeudi 12.01.1989
(fin des émissions le 30.04.1988 pour Solaris et le 30.06.1988 pour Pulsion FM.

L'émetteur est coupé définitivement le ?? juillet/août 1988)
date inconnue

 

 


photos jcd






Vue de l'arrière de l'immeuble abritant l'émetteur de Radio Solaris >>


La flèche verte met en évidence le câble coaxial noir qui sort du vasistas de la "Salle de l'émetteur", (les WC !!!)

Ce câble alimente les 4 dipôles
de l'antenne

(puissance apparente rayonnée : 8 kW env.)


 



 

DR

                                        A suivre "Les Studios de Radio Solaris 2"    >